• Prix des carburants en France 


    3 commentaires

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bienvenue sur NPdC39-45 !  

     

    Ce forum est super.  Inscription gratuite.  Documents,photos etc sur la guerre 39-45.

     

     


    Vous avez envie de nous faire partager vos connaissances sur l'histoire du Nord Pas de Calais durant la Seconde guerre ?

    Ou vous avez simplement envie d'en apprendre plus sur les événements vécus par notre région durant cette période ?

      
    Alors n'hésitez pas , joignez vous à nous ! 


    votre commentaire
  • recettes du Nord et du Pas de Calais 


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    Histoires de Cafougnette

    Dans la région Nord-Pas-de-Calais, le héros des histoires drôles s'appelle en général Cafougnette. C'est Jules Mousseron, poète et mineur à Denain (près de Valenciennes 59), qui a créé ce personnage. Après sa mort, en 1943, les gens de la région ont intégré le personnage de Cafougnette dans leur folklore.

    Cafougnette suit le convoi d'un enterrement. Un de ses amis vient le rejoindre et dit : 
    > > - Alors Cafougnette ! J'ai chu que t'femme, cha n'allot pas tros fort ! Commint qu'all'va ? 
    > > Et Cafougnette, montrant le corbillard : 
    > > - Comme té vos... Tout duch'mint !  
    > >  

    Cafougnette rentre chez lui avec deux pneus de voiture. Sa femme lui dit : 
    > > - T'es pas malate ! A quo qu'cha sert d'rapporter des pneus à l'mason ! In n'a même pas d'carette ! 
    > > - Et alors ? Ti t'as bin un soutien-gorche !!

       

    Cafougnette est victime d'un éboulement au fond de la mine : il est prisonnier dans une galerie avec un camarade. 
    > > - Té connos inne prière, ti ? 
    > > - Nan, j'n'in connos point ! 
    > > Cafougnette insiste : 
    > > - T'allos pas à l'égliche pou t'communion ? 
    > > - Nan ! 
    > > - Té n'vos pas qu'in va mourir ichi ! Faudrot faire quett'cosse ed'religieux, comme in fait à l'égliche ! 
    > > - J'ai inne idée... in va faire inne quête !

       

    Cafougnette marche dins'ch'désert in portant inne portière ed'carrette. I rinconte inne troupe ed'légionnaires qui li d'mindent : 
    > > - Pourquoi avoir une portière si loin dans le désert ? 
    > > Cafougnette répond: 
    > > - Comme cha, quand j'ai caud, i'm'suffit ed'baicher ch'carreau pou avoir d'lair !

       

    Cafougnette travaille au fond de la mine. Il doit transporter sur le chantier des bois de soutènement. 
    > > Le porion l'interpelle : 
    > > - Hé là, ti ! Commint qu'cha s'fait qu'té portes seul'mint un bos à l'fos ? 
    > > Tes comarates, i n'in portent deux à chaque cop ! 
    > > - Ouais, mais eusses, i sont trop mates pour faire deux voïaches comme mi !

       

    Cafougnette est en train de sculpter une statue de Sainte-Barbe. 
    > > Un de ses camarades s'approche et le regarde faire.

    - Ch'est du boulot, hein ?
    > > - Mais nan, innochint, ch'est du quêne !

       

    C'est une institutrice qui est envoyée dans une école dans laquelle les enfants ont un langage patois prononcé. 
    > > L'institutrice commence : 
    > > - Bon, les enfants, vous allez me dire ce que vous avez eu comme cadeau de Noël. 
    > > Un premier enfant lève la main et dit : 
    > > - Mi, à Noël, j'ai eu inne poupée qui piche et qui cante.
    > > - On ne dit pas cela comme ça, dit l'institutrice. On dit : "Moi , à Noël, j'ai eu une poupée qui fait pipi et qui chante". 
    > > Un autre enfant lève la main et dit : 
    > > - Mi, à Noël, j'ai eu inne carette qui fonche à toute berzingue 
    > > - On ne dit pas cela comme ça, dit l'institutrice. On dit : "Moi , à Noël, j'ai eu une voiture qui roule à toute allure". 
    > > Un troisième lève la main et dit: 
    > > - Mi, à Noël, j'ai eu in vélo 
    > > - C'est très bien, dit l'institutrice, et un beau ? 
    > > - Nin, in fer

    On raconte des histoires drôles entre voisins et madame Cafougnette dit : 
    > > - Mi, vo'z' avez bieau faire, quand in raconte des histoires, j'arrife jamais à les arténir ! 
    > > Un voisin affirme : 
    > > - Mi, j'sais pourquoi : cha rinte dins eun'orelle et ch'arsort par l'aute ! 
    > > Et Cafougnette rajoute : 
    > > - Ch'est parc'qu'y a rien intre deux pour les arténir ! 
    > >  

    Le petit Cafougnette discute avec un copain dans la cour de l'école. 
    > > - T'as d'mindé quoi, ti, à ch'Père Noël ? 
    > > - Mi, j'ai d'mindé un train électrique, et ti ? 
    > > - Mi, j'ai d'mindé des tampax ! 
    > > - Quo qu'ch'est qu'cha ? 
    > > - J'n'in sais rien ! Mais avec cha, té peux faire du vélo, du bidet, de l'gym et pis nager à l'piscine ! 
    > >  

    Cafougnette discute au bistrot : 
    > > - Mi, je m'rappelle d'min catéchime avec monsieur l'curé ! 
    > > El'premier jour, Diu i a fait el'Terre.
    > > El'deuxième, i a fait ches montagnes et l'mer. 
    > > El'trosième, i a fait ches fleurs et ches fruits.
    > > El'quatrième, i a fait ches bêtes .
    > > El'chinquième, i a fait ch'l'homme .
    > > Ch'est seul'mint l'sixième jour qu'i a fait l'femme ! 
    > > Ch'est là qu'in vot qu'i étot vraimint mate !

    Cafougnette se rend au commissariat et déclare : 
    > > - Monsieur l'commissaire, em'femme all' a disparu ! 
    > > - Depuis combien de temps ? 
    > > - Cha va bétôt faire un an ! 
    > > - Et c'est seulement maintenant que vous venez signaler sa disparition ? 
    > > - Bin, j'osos pas l'croire !

    Cafougnette rencontre un camarade. 
    > > - Cha va, Cafougnette ? 
    > > - Bof ! J'ai interré m'belle-mère el'semaine passée ! 
    > > - Ah bon ! Quo qu'all' avot ? 
    > > - Pas grand cosse ! Chinq caïelles, inne tape, inne gard'robe et pis gramint ed'fouffes !

    Madame Cafougnette vient d'avoir son permis. Elle s'engage à contre-sens sur l'autoroute. 
    > > - Mais i sont maboules ed'rouler si vite ! Et i n'savent pas rouler à droite, binde ed-niqu'doules ! 
    > > Finalement, elle se fait intercepter par la police. 
    > > - Ej'm'in doutos qu'j'allos vous vir ! I m'faijottent tertous des appels ed'phares !

    Cafougnette rencontre un camarade. 
    > > - Alors Cafougnette, t'as trouvé d'l'ouvrache ? 
     Ouais, mais ch'est terripe ! Faut s'léver à quatre heures ! Faut déchinde à six chints mètes ! Faut ouvrer al caleur ! Faut supporter ch'porion qui est toudis sus tin dos ! T'as vingt minutes pour minger ! T'as pas l'drot ed't'arrêter ! Et quand qu't'armontes, t'es tellmint mate que té t'laiches querre comme inne mouque jusqu'à c'que ch'revel i sonne à tros heures du matin ! 
    > > - Mais ch'est terripe ed'l'ouvrache parel ! Et té fais cha ed'pis quand ? 
    > > - Ed'pis... d'main matin !

    Madame Cafougnette va chez le médecin toutes les semaines . 
    - Docteur, j'cros qu'min coeur i bat trop vite ! Docteur, j'cros qu'mes boïaux i sont loïés ! Docteur, j'cros que j'vas pas passer l'hiver ! 
    > > A chaque fois, le médecin la rassure. Puis il ne la voit plus pendant six mois. 
    > > Un jour, elle réapparaît dans son cabinet. 
    > > -Ah ! Ch'a fait longtimps que je ne vous avais pas vue ! 
    > > - J'n'ai pas pu v'nir ! J'ai été malate !!

    Cafougnette demande au médecin : 
    > > - Alors Docteur ? Vos croyez que j'dos m'faire opérer ? 
    > > - Ouais, mais ch'n'est pas grafe ! Ch'n'est qu'inne tiote opération ! 
    > > - Ouais, mais ch'est toudis imbêtint ! 
    > > - Acoutez ! Chi vous voulez, vous n'avez qu'à printe un deuxième avis médical ! 
    > > - Ch'est cha ! J'arviens d'main Docteur !!

    Cafougnette s'est perdu dans les bois. Il voit une petit cabane et il frappe à la porte : 
    > > - Y'a quéqu'un ? 
    > > - Ouais ! répond un enfant. 
    > > - Tin père i est là ? 
    > > - Nan ! I est parti y'a un quart d'heure ! 
    > > - Et t'mère, all'est là ? 
    > > - Nan, all'est partie d'ichi au momint qu'j'arrivos ! 
    > > - Mais que famille ! O'n'êtes jamais insempe, alors ? 
    > > - Nan ! Ichi, ch'est ches cabinets !

    Cafougnette, in promenade, vot sin comarate sincier à joujouque in train ed'traire inne vaque. Il n'arrête pas de se masser el'dos telmint qu'il a maux à ses reins. 
    > > Cafougnette li dit : 
    > > - T'es devros printe inne caïelle pour moins t'fatiguer ! 
     Cafougnette continue s'prom'nade et arvient inne heure après. I vot sin comarate toudis à joujouque : 
    > > - T'as pas essayé ed'printe inne caïelle ? 
    > > - Si, mais l'vaque all'n'veut pas s'assir ed-ssus !

    El'mère d'un tiot garchon est mécontinte : 
    > > - T'es quéu de tin biclo avec tin nouviau patalon ? 
    > > - Ben ouais... Excuse-me, Man, j'n'ai pas eu l'timps d'l'inlever !

    Cafougnette, au moment du briquet, déballe ses tartines : 
    > > - Cor toudis du pâté et des cornichons ! j'n'ai pas querre cha ! 
    > > Et il jette ses tartines dans une berline. 
    > > Le lendemain, au briquet : 
    > > - Cor des tartines et pis des cornichons ! Beurk ! 
    > > Et il jette le tout dans une berline. 
    > > Le lendemain, il jette directement son paquet sans l'ouvrir. Son camarade lui dit : 
    -T'auros du raviser quand même ! P'tête que t'femme al't'a mis aut'cosse que du pâté et des cornichons ! 
    > > - Nan ! Je l'sais qu'ch'est du pâté et pis des cornichons ! Ch'est mi qui les fait,... mes tartines ! 
    > >  

    Cafougnette discute au comptoir : 
     - Que vie qu'in mène, à ch't'heure ! Té t'rinds compte, ches Américains i z'ont marché sur el'lune ! In invot des fusées sur Mars ! In va bétôt tertous partir in vacances sur tous ches planètes ! Bétôt, cha s'ra sus l'solel ! 
     - Mais nan, innochint, sus l'solel, in n'peut point ! Té t'rinds pas compte de l'caleur qu'i fait labos ? 
     - Ouais ! Mais y'a qu'à y aller dins l'nuit !

    A l'école, l'instituteur demande au petit Cafougnette d'aller au tableau pour corriger un problème : 
    > > - Ton père achète 10 litres de vin à 1,50 € le litre. Combien ça lui fait ? 
    > > - Oh, avec min père, cha li fait 2 jours !


    1 commentaire
  •  

     
     
    Afin d’éviter le pare-chocs de l’auto qui me précédait, j’ai renversé le piéton.
     
    Je vous serais obligé de m'adresser le courrier concernant mon accident à un de mes amis (Mr X) car, pour la passagère blessée, ma femme n'est pas au courant. Je compte sur votre compréhension pour ne pas déshonorer un honnête père de famille.
     
    Le piéton ne savait pas quelle direction prendre, alors je l’ai écrasé.
     
    L'accident est survenu alors que je changeais de fille.
     
    Je suis étonné que vous me refusiez de payer cet accident sous prétexte que je ne portais pas mes lunettes, comme indiqué sur mon permis. Je vous assure que ce n'est pas ma faute si j'ai renversé ce cycliste : je l'avais pas vu.
     
    Circonstances de l'accident : est passé à travers une porte vitrée lors de l'opération "portes ouvertes" de l'entreprise.
     
    Vous savez que mon taxi est transformé en corbillard et que je n'y transporte que des morts. Mes clients ne risquant plus rien, est-il bien nécessaire que vous me fassiez payer une prime pour le cas où ils seraient victimes d'un accident ?
     
    J’ai signé le constat mais ça ne compte pas. Je n’avais pas mes lunettes et je n’ai rien vu de ce qui était dessus.
     
    En se relevant, le cycliste n’a formulé aucune déclaration intéressante ! Il se contentait de répéter "aïe, aïe, aïe".
     
    Le témoin est venu témoigner comme quoi il n’avait rien vu et rien entendu.
     
    Nous n’avons pas de chance. C’est la troisième jambe qu’il se casse depuis notre mariage.
     
    Je vous adresse comme convenu mon constat amiable. Pour être sûr de ne rien oublier, j’ai mis une croix dans chaque case.
     
    L’homme prenait toute la rue. J’ai dû faire plusieurs crochets avant de le renverser.
     
    Il y a deux ans, en hiver, j’avais cassé mon pare-brise et vous aviez gelé mon bonus-malus. Je viens d’avoir un autre accident en juillet. Est-ce que le gel marche aussi en été ?
     
    Il était mort dans un état grave.
     
    Je ne vois pas pourquoi vous me reprochez de ne pas avoir porté mon casque, dans l’ accident c’est mon pied qui a été écrasé.
     
    Il faut dire à ma décharge que le poteau que j'ai buté était caché par l'invisibilité du brouillard.
     
    J’étais sûr que le vieil homme n’atteindrait pas l’autre côté de la rue quand je l’ai heurté.
     
    A votre avis, est-il préférable d'acheter un chien méchant qui risquera de mordre les gens mais protégera notre maison contre les voleurs ou de garder mon vieux toutou. Je vous pose la question parce que de toutes façons c'est vous qui paierez les pots cassés, soit en indemnisant les blessés, soit en remboursant les objets volés.
     
    Une auto invisible est sortie de nulle part. Elle a heurté la mienne et elle a disparu.
     
    Ma voiture gênant la circulation, un Portugais m'a aidé à la mettre sur le trottoir, ainsi que ma femme qui rentrait de son travail.
     
    Depuis ma chute, je ne peux plus me déplacer. Veuillez m'indiquer la marche à suivre.
     
    Je ne suis pas responsable du refus de priorité puisque je n'avais pas vu venir la voiture, vous pensez bien que si je l'avais vue je me serais arrêté.
     
    Le camion s'est sauvé précipitamment sans montrer ses papiers.
     
    Depuis son accident, ma femme est encore pire qu'avant. J'espère que vous en tiendrez compte.
     
    Malgré ma fracture au poignet, j'ai pris mon courage à deux mains.
     
    Je vous adresse la facture que vous m’avez réclamée. Si vous ne la recevez pas, veuillez me le faire savoir.
     
    Je vous témoigne mon grand mécontentement, vous mettez tellement de temps à me rembourser mes accidents que c'est toujours avec celui d'avant que je paye les dégâts de celui d'après, alors il faut mettre un peu de sérieux de votre part.
     
    En avançant, j'ai cassé le feu arrière de la voiture qui était devant. J'ai reculé et j'ai cabossé le pare-chocs de la voiture qui était derrière.
    .
    J'ai bien reçu la fiche de mon épouse, je ne manquerai pas de vous renvoyer cette dernière dûment remplie par mes soins.
     
    J'ai heurté une voiture en stationnement et j’ai rien dit à l'automobiliste. J'espère que vous serez content et que vous ferez un petit geste en me donnant un bonus supplémentaire.
     
    Vous me dites que d'après le Code Civil, je suis responsable des bêtises de mes enfants. Si c'est vrai, les personnes qui ont écrit cela ne doivent pas avoir, comme moi, neuf enfants à surveiller.
     
    Ayant perdu le contrôle de mon véhicule en raison du verglas, celui-ci alla mourir très doucement dans le mur du cimetière.
    Pour les blessures de ma femme je vous envoie ci-joint le certificat que j'ai pu arriver à avoir par mon docteur. Je les mets donc sous réserve en attendant que vous m'écriviez combien elles peuvent me rapporter environ.
     
    Je ne suis pas du tout d'accord sur le montant que vous m'allouez pour les bijoux. Ça ne représente même pas la somme des deux choses de mon fils, dont je vous ai envoyé les photos.
     
    Vous m'écrivez que le vol n'existe pas entre époux. On voit que vous ne connaissez pas ma femme.
     
    J'ai heurté brutalement l'arrière de la voiture qui me précédait. Mais grâce à mon casque, ma blessure au poignet est sans gravité.
     
    J’avoue que je n’aurais pas dû faire demi-tour sur l’autoroute avec ma caravane. Mais j’avais oublié ma femme à la station service.
     
    Je n’ai guère eu le temps de voir ce piéton car il a immédiatement disparu sous ma voiture.
     
    Mon mari est pour le moment décédé.
     
    Mon fils est tombé à vélo et a eu le front ouvert et le pantalon déchiré. Le docteur l’a recousu et il retournera à l’école quand il sera repassé.

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires