• Aniche. Article de la Voix du Nord du 05 Août 2019

    Près du palais du Champ de Mars et sa verrière anichoise, la tête de la statue de la Liberté qui rejoindra le Etats-Unis pour éclairer l'entrée du port de New York.
    Près du palais du Champ de Mars et sa verrière anichoise, la tête de la statue de la Liberté qui rejoindra le Etats-Unis pour éclairer l'entrée du port de New York. - VDNN

    Avant d’évoquer ce fait étonnant, il faut revenir en arrière et découvrir l’histoire d’une verrerie aujourd’hui disparue, celle de l’Union. Elle avait été fondée en 1865 par les trois fils de Constant Lemaire, lui-même créateur de la verrerie Saint-Laurent (verrerie d’en Bas qui fonctionne toujours aujourd’hui sous le nom d’AGC). En désaccord avec leur père, les trois frères Émile, Emmanuel et Louis décident de voler de leurs propres ailes faisant prospérer leur entreprise qui emploiera 250 ouvriers avec cinq fours de fusion sur un espace de 6 hectares. Cette verrerie va fonctionner jusqu’en 1927 où elle cessera son activité, vendue à la compagnie des mines d’Aniche qui y installera le stade de l’Union, lui aussi disparu. Se dresse aujourd’hui sur cet emplacement le collège Théodore-Monod. Reste visible et témoins de cette verrerie, les murs d’enceinte qui donne sur la rue Delforge et les maisons des frères Lemaire occupées par l’ALAPAGE et le centre médical.

     

     

                                                 

    Dans le catalogue général de l’exposition universelle de Paris, on vante l’entreprise anichoise et les qualités de ses produits. « Tous les rayons du soleil qui pénètrent dans le merveilleux édifice où les nations civilisées de la terre luttent de science, d’arts et de goût, commencent par traverser les vitres diaphanes et pures qui sont sorties des fours de l’usine de l’Union ». À noter qu’une autre verrerie fut mise à l’honneur, lors de cette exposition, il s’agit de la verrerie Saint-Martin. Le palais du Champ de Mars et le Trocadéro, les deux bâtiments emblématiques de l’exposition de 1878 ont aujourd’hui disparu, ils ne restent plus aujourd’hui que des photographies et des gravures.  ( Bâtiment disparu )    
     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

        Vous  pouvez découvrir l’histoire cette verrerie, mais également bien d’autres, il y a en eu jusqu’à onze à Aniche, au Centre de mémoire de la verrerie d’en Haut où se tiennent jusqu’au 18 décembre deux expositions « Aniche et ses verreries » et « Soufflé, coulé, étiré, flotté, le verre en toute transparence » chaque mercredi de 14 h à 16 h 30.

    Renseignements au 06 64 06 57 01. Exceptionnellement et gratuitement, le centre est ouvert ce dimanche 11 août de 9 h à 12 h 30 matin à l’occasion de la fête de la Saint-Laurent.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :